Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 13 avril 2011

Le chef de la cité de Bunia se dit victime d’une attaque des hommes armés

Mr. Dudanga Kavarios, Chef de cité/Bunia
Le chef de la cité de Bunia, Dudanga Kavarios, suspendu depuis environ trois semaines, a  déposé, lundi 11 avril, une plainte contre inconnu à l’auditorat militaire garnison de l’Ituri à Bunia.  Il se dit victime d’une attaque, le week-end dernier, dans sa résidence des hommes armés et accuse la hiérarchie de la police de complicité. Celle-ci parle plutôt d’un montage.
Selon Dudanga Kavarios, un groupe d’hommes armés a pénétré, samedi 9 avril, à environ une heure du matin dans la clôture de sa parcelle et tenté de maîtriser sa garde du corps.
Il s’en est suivi un échange des tirs et certaines balles ont traversé la porte principale de la maison pour échouer aux murs du salon, rapporte la même source. Dudanga Kavarios trouve cela suspect:
«A 20 heures, on vient demander le relèvement de la garde rapprochée et qu’à une heure du matin il se passe des actes de ce genre (…) L’ordre est venu de commandant PNC district. C’est juste à ce niveau que nous ne comprenons pas.»
Pour l’inspecteur de la police en Ituri, le colonel Juvenal Bideko, il n’y a pas eu d’attaque à la résidence du chef de la cité suspendu. Il parle d’une opération montée par ce dernier et sa garde rapprochée à des fins politiques:
«Pour se donner du poids, il a simulé l’attaque de sa résidence en montant une opération avec son policier pour tirer, il a crié à l’attaque. On a envoyé une intervention. Mais, après les enquêtes menées sur terrain, il n’y a jamais eu d’attaque. C’est le policier qui était de garde qui a tout fait.»
Okapi

Aucun commentaire: