Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 30 novembre 2010

Kahemba, Mbanza-Ngungu, Plateau continental, Lac Albert, Masisi.. . : RDC, frontières en péril !


Barière Duanière de Vurra/Katanga à Aru
Partie reclamée par les Ougandais

Congolais et Ougandais ont entamé des négociations le mardi 23 novembre 2010 à Aru, en territoire congolais, pour débattre du tracé de la frontière commune. Les officiels ougandais, le président Yoweri Museveni en tête, soutiennent que le poste douanier congolais installé dans le district de Aru se situerait dans leur pays, à l’intérieur du district ougandais de Arua. Les Congolais sont accusés d’avoir grignoté deux bons kilomètres, après avoir au préalable déplacé des bornes.
 L’heure de la remise en cause des limites de la République Démocratique du Congo par ses voisins semble avoir sonné. Les crises politiques et conflits armés à répétition ayant secoué notre pays ont modifié les rapports de force à leur faveur. Le Congo démocratique n’est plus, à la différence de l’ex-Zaïre, le « gendarme » de l’Afrique Centrale. Car, à l’époque où notre armée nationale inspirait respect et crainte, aucun pays voisin n’avait osé poser le problème de la configuration des « bornes ». Pourtant, celles-ci ont toujours existé, voici plus d’un siècle. 

Les frontières congolaises en péril 


Gouverneur AUTSAI en negociation avec les autorités Sud-soudanaises
 Conflit de frontières Kengezi-Base

On se souvient qu’en 2007, l’Angola avait usé de la même argumentation pour s’emparer d’une bonne portion du territoire de Kahemba, dans le Bandundu, profitant au passage d’une large cacophonie entre le Parlement et le gouvernement congolais, diamétralement opposés sur la question. En effet, selon l’Assemblée Nationale, dont une commission d’enquête s’était rendue à Kahemba, l’armée et la police angolaises avaient bel et bien occupé des villages congolais, après y avoir chassé des autochtones. Le rapport de la commission gouvernementale par contre soutenait que les Angolais étaient chez eux.
L’année suivante, des militaires angolais ont tenté le même coup dans le territoire de Mbanza-Ngungu. Mais le tollé suscité par l’occupation de deux villages congolais et la chasse aux autochtones était tel qu’ils avaient dû se retirer quelques semaines plus tard.

Plateau continental : un casse-tête 

Point n’est besoin de rappeler l’attitude peu coopérative de Luanda dans l’exploitation du Plateau continental, riche en pétrole. Aux dernières nouvelles, l’on parle de 500.000 barils de pétrole par jour pompé par la partie angolaise. Le fameux consensus dégagé en 2007 pour l’exploitation de la Zone d’Intérêt Commun (ZIC) avec la promesse de l’Angola de rétrocéder chaque année une partie des royalties engrangé dans cet espace maritime tarde à être appliqué.
Un regard sur les textes, notamment la Convention de Montegobay adoptée le 10 février 1982, nous apprend que les Etats s’accordent, chacun, un droit de propriété sur l’espace maritime continu à leurs frontières terrestres, de 40 à 200 kilomètres à l’intérieur de l’Océan ou de la mer.
Logiquement, l’Angola use de la tricherie en exploitant le pétrole situé visiblement dans l’espace maritime congolais.

Encore et toujours l’affaire des bornes 

Angolais, Zambiens, Rwandais et Ougandais aujourd’hui, et peut-être Congolais de Brazzaville (Ile Mbamou), Soudanais (l’affaire des Mbororo), Burundais et Centrafricains demain donnent l’impression de ne pas être à leur aise face aux grands espaces que la Conférence de Berlin (1885) avait conférés aux Congolais de Kinshasa. L’alerte que viennent de donner les Ougandais à Aru mérite d’être prise très au sérieux. Elle pourrait être révélatrice d’un agenda sur les visées expansionnistes ougandaises. Les Rwandais et les Burundais ont participé aux expéditions militaires de l’AFDL avec pour objectif de prendre aussi possession des terres congolaises.
 Les officiels congolais devraient prendre très au sérieux les revendications territoriales ougandaises, même elles ne s’arrêtent, pour le moment, que sur une bande apparemment négligeable de 2 kilomètres. De là passer à la revendication de plusieurs villages d’Aru, le pas est vite franchi. Il est à espérer que pour le cas d’espèce, les décideurs congolais vont parler d’une seule voix pour défendre l’intégrité du territoire national.
S’agissant de l’Ouganda, les informations en provenance du Lac Albert font état de l’intrusion de ce pays sur la nappe pétrolière congolaise, dans son contrat d’exploitation conclu avec Tullow Oil, firme acceptée au départ puis déclarée indésirable par le gouvernement congolais.
Kimp.

Le Phare

Aucun commentaire: