Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 29 janvier 2009

Michelle Obama présente une image moderne pour les femmes noires et la vie familiale.)

(965)

Par Katherine Lewis
Correspondante

Washington - Chaque fois que Michelle Obama fait une apparition en tant que « première dame » des États-Unis, la fusion de sa réussite professionnelle et de sa qualité de mère de famille remet en question les stéréotypes de la femme noire en Amérique.

Première Afro-Américaine à revêtir ce titre, Michelle Obama fait exploser les idées préconçues qui ont cours depuis des générations à propos des femmes noires et des mères qui travaillent. « Le fait qu'une Noire soit parvenue à cette position place toutes les Noires sur le devant de la scène en tant qu'Américaines à part entière et, chose plus importante, en tant que dames », a déclaré à America.gov Andra Gillespie, professeure de sciences politiques à l'université Emory. « Cela affirme la féminité et l'humanité des femmes noires », a-t-elle ajouté.

Diplômée de l'université de Princeton et de l'école de droit de Harvard, Michelle Obama avait inscrit à son actif une belle carrière en tant qu'avocate d'entreprise et administratrice au Centre médical de l'université de Chicago avant que son mari, Barack Obama, ne remporte l'élection présidentielle américaine de 2008. Professionnelle accomplie, ayant un mariage stable, mère de deux charmantes petites filles bien élevées, elle s'oppose en contraste frappant aux images médiatiques des femmes noires, corpulentes et agressives, personnages caricaturaux de comédies hollywoodiennes ou danseuses hypersexualisées de clips vidéo musicaux.

« Les représentations populaires en font soit des mégères émasculatrices, soit des objets sexuels à exploiter, dit Mme Gillespie. Il y a maintenant toute une génération de jeunes filles qui voient une image très positive de ce qu'est une femme noire (...) Elle est remarquablement bien placée pour donner une image positive à la société américaine ainsi qu'à l'Amérique noire. »

L'histoire des femmes noires et de leur stigmatisation aux États-Unis est issue de l'esclavage qui disloquait les familles noires et qui permettait aux Blancs d'abuser des esclaves noires dont ils étaient propriétaires, a dit à America.gov Bart Landry, professeur de sociologie à l'université du Maryland.

Après l'abolition de l'esclavage à la suite de la guerre de Sécession, les femmes noires « ont été perçues comme faisant partie de la main-d'œuvre qui reconstruirait le Sud et son économie », explique M. Landry. Tandis que de nombreuses femmes blanches s'abstenaient de travailler contre salaire et sacrifiaient au « culte de la domesticité » très répandu au XIXe siècle, les femmes noires « étaient ridiculisées lorsqu'elles se comportaient en dames de la bonne société ».

Bien que négatif dans son ensemble, ce message a quand même eu pour avantage de permettre aux femmes noires de chercher à faire carrière sans éprouver à cet égard les sentiments ambivalents de beaucoup de femmes blanches employées hors du foyer familial, dit M. Landry, auteur de Black Working Wives (Épouses noires au travail).

En fait, les femmes noires sont aujourd'hui plus nombreuses que les hommes noirs à faire des études supérieures et, selon les données du Bureau du recensement, elles obtiennent 57 % des diplômes universitaires et professionnels décernés aux Afro-Américains. Une meilleure éducation se traduit généralement par des revenus supérieurs.

Michelle Obama présente ainsi une autre image importante, celle d'une Noire qui a réussi dans la vie professionnelle mais aussi d'une mère et d'une épouse dévouée. Pendant la campagne présidentielle de son mari, selon David Colbert, auteur de Michelle Obama : An American Story, elle a tenu à rester à la maison et à assister aux récitals de ballet ou aux manifestations sportives auxquelles ses filles participaient et n'a que rarement passé la nuit hors de chez elle.

« Les femmes noires sont extrêmement encouragées et fières de voir quelqu'un comme Michelle Obama à la Maison-Blanche », a dit à America.gov Tarshia Stanley, professeure associée au collège Spelman d'Atlanta. « Elle est représentative d'un immense groupe de femmes qui prennent leur rôle de mère très au sérieux, qui s'en acquittent parfaitement bien, mais qui restent invisibles dans la presse. »

Le soir où Barack Obama a remporté l'élection présidentielle, il a remercié son épouse, qu'il a décrite comme « ma meilleure amie depuis 16 ans, le roc sur lequel repose notre famille, l'amour de ma vie, la prochaine première dame de la nation ».

« Toutes les femmes admirent la manière dont il parle de son épouse. C'est très attachant », a dit à America.gov Liza Mundy, journaliste au Washington Post et auteure de Michelle : A Biography. « Pour les Afro-Américaines, le fait de pouvoir dire à leur fils, 'Voilà un exemple de relation humaine', a une très grande valeur », note Mme Mundy.

Les Obama se sont tous deux exprimés ouvertement sur les difficultés qu'il y a à concilier la vie familiale, la profession de Michelle Obama et la carrière politique de l'actuel président.

« C'était incontestablement difficile, dit M. Colbert. Elle avait un poste très exigeant à l'université. Lorsqu'il était au travail, il était très loin. Lorsqu'il n'y était pas, il y pensait constamment. Il était toujours en train d'écrire un livre. »

Au bout d'un certain temps, Michelle Obama a commencé à se lever à 4h30 du matin pour aller faire sa gymnastique en salle de sport quand son mari était en ville. Lorsque leurs filles se réveillaient, dit Barack Obama, c'était lui qui devait les habiller et préparer leur petit déjeuner, puisque leur mère n'était pas là.

En tant que première dame, elle a l'intention de plaider en faveur de l'équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Mais même si Barack Obama n'avait pas remporté l'élection, elle espérait que sa candidature viendrait corriger l'image erronée que se font les gens des familles noires.

Comme le rappelle Mme Mundy : « Michelle Obama a déclaré dès le début de la campagne : 'Si tout ce que je fais c'est de montrer que nous sommes pas tous tributaires de l'assistance publique ou alors des athlètes, mais que nous sommes des professionnels comme les autres, qui ont une famille fonctionnelle, cela me suffira'. »

(Les articles du «America.Gov» sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://www.america.gov/fr/)
NNNN

Aucun commentaire: