Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 1 septembre 2010

Les terres africaines achetées pour faire rouler les voitures occidentales

La Chine achète le Congo, l’Italie le Ghana, la Suisse le Sierra Leone... Les pays développés jouent au Monopoly avec l’Afrique. Dans un rapport publié ce lundi, «Afrique: terre(s) de toutes les convoitises», l’ONG Les Amis de la Terre s’inquiète de l’accaparement des terres africaines par les pays développés pour y produire des agrocarburants tels que le jatropha ou la canne à sucre.

Des milliers de paysans locaux expropriés

Selon le rapport, 4,5 millions d’hectares de terres africaines, soit la surface du Danemark, sont dans la ligne de mire des investisseurs étrangers. Si l’Union européenne maintient son objectif de 10% d’énergie renouvelable dans les transports d’ici à 2020, la surface achetée pour y cultiver des agrocarburants pourrait encore s’accroître.

En Tanzanie, un millier de petits riziculteurs ont été expulsés de leurs terres pour laisser la place à la canne à sucre. Au Mozambique plus de 183.000 hectares sont destinés au jatropha et au Congo, une entreprise italienne prévoit une plantation de palmiers à huile de 70.000 hectares.

«Nourrir les Africains et non alimenter les moteurs des véhicules européens»

Ces achats ou locations de terres posent de nombreux problèmes. En Tanzanie, à Madagascar et au Ghana, des protestations se sont élevées à la suite d’acquisitions de terres irrégulières. Les entreprises étrangères sont souvent peu scrupuleuses sur la légalité des titres de propriété présentés, et contournent régulièrement les législations sur l’environnement.

Mais, plus inquiétant, alors que les agrocarburants avaient déjà contribué à l’explosion des prix de l’alimentation en 2007-2008, ils menacent maintenant la subsistance des populations locales. Pour Mariann Bassey, coordinatrice de la campagne Alimentation et agriculture des Amis de la Terre Nigeria, «l’expansion des agrocarburants sur notre continent transforme les forêts et les zones naturelles en cultures énergétiques. Les terres destinées à l’agriculture vivrière sont prises aux populations locales. Nous exigeons de vrais investissements dans l’agriculture afin de pouvoir nourrir les Africains et non alimenter les moteurs de véhicules européens».
Les firmes européennes «s’abattent sur l’Afrique comme un nuage de criquets»
Et au final, réduit-on réellement les émissions de gaz à effet de serre? La déforestation pour laisser de la place aux terres arables, ainsi que l’utilisation massive d’eau et d’engrais pour cultiver le jatropha pourraient bien annuler les bénéfices environnementaux des agrocarburants.

Pour Christian Berdot, référent de la campagne Agrocarburants des Amis de la Terre France, «Il est révoltant de voir les firmes européennes s’abattre sur l’Afrique comme un nuage de criquets, confisquant des millions d’hectares à des communautés déjà démunies, dans le seul but de faire rouler des autos et des camions en Europe. Les agrocarburants sont une tragique illustration de la surconsommation européenne de ressources mondiales».

Pour Les Amis de la Terre, la solution passe par deux révolutions: une révolution agraire, pour réorienter les investissements vers la souveraineté alimentaire et assurer le droit des populations à une nourriture «adéquate, saine et produite localement», et une révolution énergétique, en réduisant la consommation d’énergie des transports et en investissant dans les transports publics et les déplacements à vélo.

Audrey Chauvet


LE SCANDALE DES AGROCARBURANTS DANS LES PAYS DU SUD - François Houtart

L’idée d’étendre la culture des agrocarburants dans le monde et particulièrement dans les continents du Sud est désastreuse. Elle s’inscrit dans une perspective globale de recherche de solution à la crise énergétique. De fait, dans les cinquante prochaines années, nous devrons changer de cycle, passant de l’énergie fossile se faisant de plus en plus rare à d’autres sources. Au lieu de réduire sérieusement la consommation et d’investir massivement dans de nouvelles technologies, notamment pour l’énergie solaire, il est, à court terme, plus facile d’utiliser ce qui est immédiatement rentable, c’est-à-dire les agrocarburants et cela d’autant plus que se développe une crise financière et économique réduisant les possibilités d’investissements et exigeant des profits rapides.

Comme toujours, dans un projet capitaliste, on ignore ce que les économistes appellent les externalités, c’est-à-dire ce qui n’entre pas dans le calcul du marché, en l’occurrence, les dommages écologiques et sociaux. Pour que l’agroénergie contribue à la solution de la crise énergétique, dans une mesure de 25 à 30% de la demande, il faudra utiliser des centaines de millions d’hectares de terres arables, en majeure partie dans le Sud, car le Nord n’en dispose pas suffisamment. Il faudra également, selon des estimations prudentes, expulser au moins 60 millions de paysans de leurs terres. Le prix de ces « externalités » non payés par le capital, mais bien par la communauté et par les individus, est donc effrayant.

Les agrocarburants sont produits, le plus souvent par des entreprises transnationales du Nord, sous forme de monocultures, détruisant la biodiversité et polluant les sols et l’eau. J’ai personnellement marché des kilomètres dans des plantations de palmes du Chocó en Colombie, où il n’y avait plus ni un oiseau, ni un papillon, ni un poisson dans les rivières, à cause de l’usage massif de produits chimiques comme fertilisants et pesticides. Face à la crise hydrique qui affecte la planète, l’utilisation de l’eau pour produire de l’éthanol ou de l’agrodiesel est irrationnelle. Ainsi, pour obtenir un litre d’éthanol à partir du maïs on utilise entre 1200 et 3400 litres d’eau et la canne à sucre en exige énormément aussi. La pollution des sols et de l’eau atteint des niveaux inédits, jusqu’à créer un phénomène de mer morte dans les estuaires des fleuves (20 Km² à l’embouchure du Mississipi, en grande partie à cause de l’extension de la monoculture de maïs pour l’éthanol). L’extension de ces cultures entraîne une destruction directe ou indirecte (par le déplacement d’autres activités agricoles et de l’élevage) des bois et des forêts qui sont des puits de carbone grâce à leur capacité d’absorption.

L’impact des agrocarburants sur la crise alimentaire a été prouvé. Non seulement leur production entra en conflit avec la production d’aliments dans un monde où selon la FAO, plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim, mais il fut également un élément important de la spéculation sur la production alimentaire des années 2007 et 2008. Un rapport de la Banque mondiale affirme que 85% de l’augmentation des prix alimentaires qui précipita en deux ans plus de 100 millions de personnes en dessous de la ligne de pauvreté (ce qui signifie la faim) fut influencé par le développement de l’agroénergie. Pour cette raison, Jean Ziegler, lorsqu’il était le relateur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation, qualifia les agrocarburants de « crime contre l’humanité » et son successeur Olivier De Schutter, de l’UCL, a demandé un moratoire de 5 ans

L’extension de la monoculture pour remplir les réservoirs des véhicules signifie aussi l’expulsion de nombreux paysans de leurs terres. Dans de nombreux cas, cela se réalise par l’utilisation de la ruse ou de la violence. Dans des pays comme la Colombie et l’Indonésie, on fait appel aux forces armées, aux paramilitaires qui n’hésitent pas à massacrer les récalcitrants. Des milliers de communautés autochtones, en Amérique latine, en Afrique et en Asie, sont dépossédées de leur territoire traditionnel. Des dizaines de millions de paysans ont déjà été déplacés, en fonction du développement d’un mode productiviste de la production agricole et d’une reconcentration des terres. Le résultat en est l’augmentation de l’urbanisation sauvage et une pression migratoire à la fois interne et internationale.

Il faut également noter que les salaires des travailleurs sont très bas et les conditions de travail généralement infrahumaines à cause des exigences de productivité. La santé des travailleurs est aussi gravement affectée et dans plusieurs cas les familles souffrent de la contamination de l’eau et de l’air. Durant la session du Tribunal permanent des Peuples sur les entreprises multinationales européennes en Amérique latine, organisée à Lima en mai 2008, à l’occasion du Sommet européen-latino-américain, de nombreux cas ont été présentés de malformation des enfants, fruit de l’utilisation de produits chimiques dans la monoculture de la banane, du soja, de la canne à sucre ou des palmiers.

Dire que les agrocarburants sont une solution pour le climat est également de mode. Il est vrai que la combustion des moteurs émet moins de CO2 dans l’atmosphère, mais quand on considère le cycle complet de la production, de la transformation et de la distribution du produit, le bilan est beaucoup plus nuancé. Dans certains cas, il devient même négatif par rapport à l’énergie fossile.

Si les agrocarburants ne sont pas une solution pour le climat, s’ils ne le sont que de manière marginale pour pallier à la crise énergétique, avec les graves conséquences sociales et naturelles qui les caractérisent, on est en droit de se demander pourquoi ils rencontrent un tel succès. La raison en est qu’à court et moyen terme, ils contribuent à augmenter le taux de profit du capital de manière considérable et rapide. C’est pour cela que les entreprises multinationales du pétrole, de l’automobile, de la chimie et de l’agronégoce s’intéressent au secteur. Ils sont accompagnés par le capital financier (George Soros par exemple) et par les entrepreneurs et les propriétaires terriens locaux, héritiers de l’oligarchie rurale. La fonction principale de la l’agroénergie est en fait d’aider une partie du capital à sortir de la crise et à maintenir ou éventuellement accroître sa capacité d’accumulation. En effet, le processus agroénergétique se caractérise par une surexploitation du travail, l’ignorance des externalités, le transfert de fonds publics vers le privé, tout cela permettant des gains rapides, mais aussi une hégémonie des compagnies multinationales et une nouvelle forme de dépendance du Sud vis-à-vis du Nord , tout cela avec l’image de bienfaiteurs de l’humanité parce que produisant de « l’énergie verte ». Quant aux gouvernements du Sud, ils y voient une source de devises, utiles à maintenir, entr’autres, le niveau de consommation des classes privilégiées.

Or, la solution est de réduire la consommation d’énergie, surtout dans le Nord et d’investir dans de nouvelles technologies (solaire notamment). L’agroénergie n’est pas un mal en soi et elle peut être intéressante au niveau local, à condition de respecter la biodiversité, la qualité des sols et de l’eau, la souveraineté alimentaire et l’agriculture paysanne, c’est-à-dire tout le contraire de la logique du capital. En Equateur, le président Rafaël Correa a eu le courage de geler l’exploitation du pétrole dans la réserve naturelle du Yasuni. On peut espérer que les gouvernements de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’Asie feront preuve de la même fermeté en adoptant une attitude similaire face à l’escalade des agrocarburants. Résister au Nord, comme au Sud, à la pression des pouvoirs économiques est un problème politique et éthique. C’est donc un devoir de dénoncer le scandale que signifie la production des agrocarburants dans le Sud.

* Professeur émérite de l’Universite catholique de Louvain, fondateur du Centre tricontinental et auteur de l’ouvrage "L’Agroénergie – Solution pour le climat ou sortie de crise pour le capital ?", Charleroi, Couleur Livres, 2009.

De Thierry Pignolet

Aucun commentaire: