Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 31 août 2010

La lèpre sévit derrière les montagnes

La lèpre sévit derrière les montagnes en Ituri. Dans les district d'Aru (frontière ougandaise) et de Bunia, le nombre des cas à triple comparé avec la même période l'année passé.

Le semestre passé, 64 cas furent comptés par le médecin coordonnateur du programme national de lutte contre la lèpre en Ituri. À la période correspondante de l’année passée, seule une vingtaine de cas avait été répertoriée.
Victime de la lèpre

Les endroits humides dont la forêt, constituent le foyer pour le bacille responsable de la lèpre. Ceci explique le taux élevé de contamination, notamment à Mambassa dont l’environnement est essentiellement forestier.

Les pygmées ne sont pas en reste parmi les victimes. La promiscuité en milieu forestier facilite la transmission. «On découvre de plus en plus des cas de lèpre chez les malades pygmées», affirmit le médecin.

Mais la lèpre est une maladie récurrente chez les pygmées, comme le confirme le coordonnateur du programme national de lutte contre la lèpre: «Parmi les malades pygmées, la maladie existait mais comme on arrivait pas à la détecter, ils restaient avec leur lèpre.» Le médecin conclut qu’il reste beaucoup de choses à faire, notamment des formations pour lutter contre la lèpre.

La lèpre - une maladie traitable
Bien que non mortelle, la lèpre expose à des invalidités sévères et des handicaps permanents si elle n'est pas traitée à temps. Le traitement comporte plusieurs antibiotiques, afin d'éviter de sélectionner des souches résistantes du germe. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande depuis 1981 une polychimiothérapie (PCT) comprenant trois médicaments, car Mycobacterium leprae développe des résistances en cas de monothérapie

la dapsone (DDS)
la rifampicine (RMP)
enfin, la clofazimine (CLO)
Ces trois antibiotiques constituent le traitement de référence de l'OMS. Cette association médicamenteuse détruit l'agent pathogène et guérit le malade. La durée du traitement oscille entre 6 et 24 mois, selon la gravité de la maladie.

La lèpre en quelques chiffres
Selon l'Ordre de Malte, il y a plus de 700 nouveaux cas par jour; pas en Ituri, mais au monde.
2,5 millions de malades supplémentaires dépistés entre 2000 et 2005
249 007 mille nouveaux cas ont été dépistés (soit une baisse de 4 % comparé à 2007)

9$ = 6 mois de traitement pour guérir un enfant de la lèpre paucibacillaire
53$ = 1 an de traitement pour guérir un enfant de la lèpre multibacillaire
76$ = guérison d’un ulcère plantaire (soins, cicatrisation et chaussures adaptées)

Sources: Ordre de Malte, Okapi, FWM
Ilingi: Doktolo W. K. Jacyk via Itimbiri ya sika.

Aucun commentaire: