Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 6 août 2010

Guerre de leadership en Ituri:le gouverneur Autsaï et le sénateur Tibasima sur pied de guerre

Des sources à Bunia signalent que M. John Tibasima, sénateur RCD/KML –Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Kisangani-Mouvement de Libération-, s’est adressé à la presse pour dénoncer le danger qui le guettait. 30 juillet 2010: John Tibasima dénonce les autorités de la Province Orientale qui l’auraient accusé d’organiser «des groupes résiduels en Itruri et d’avoir fait voyager un officier de Kinshasa pour l’Ituri via Kisangani. Accusations que lui, Tibasima, trouve très graves et à même de mettre sa vie en danger. Par ailleurs, John Tibasima s'est dit surpris de constater qu’Autsaï le cible comme adversaire politique pour la direction de la future province de l'Ituri, alors que le poste n'est pas encore ouvert, le gouvernement n'étant pas encore disposé à autoriser le fonctionnement des nouvelles provinces prévues dans la constitution». John Tibasima rappelle à qui veut bien l’entendre que le gouverneur Médard Autsaï Asenga avait bénéficié de son appui pendant la campagne pour l’élection du gouverneur de la Province Orientale. D’après une correspondance de Dramule Ezua basé à Bunia, «c'est lui, Tibasima Mbogemu, qui a appuyé financièrement la campagne de l'actuel gouverneur de la Province Orientale à Kisangani pour qu'il accède aux fonctions qu'il assume à ces jours. Pour l'opinion, c'était exceptionnel de voir un John Tibasima, discret de nature, prendre une telle initiative pour crier « au loup ». « C’est qu'il y a vraiment un problème sérieux entre ces deux personnalités politiques», commente-t-on.

Sen. John Tibasima
Le sénateur John Tibasima a déclaré au cours d’un point de presse, vendredi 30 juillet à Bunia en Province Orientale, que sa vie est en danger. Il accuse les autorités provinciales, qui rejettent ses accusations.

John Tibasima a accusé certains animateurs du gouvernement de la Province Orientale d’entretenir de fausses accusations et de calomnies en son égard au niveau du sommet de l’Etat.

Il a ajouté que sa vie est en danger suite à ces calomnies:

«On dit que c’est moi, Tibasima, qui organise les groupes résiduels en Ituri. Un officier qui a quitté Kinshasa serait passé par Kisangani, on dit que c’est Tibasima qui l’a amené de Kinshasa. Mais, c’est très grave ! Et ces autorités qui nous accusent faussement, mettent en danger notre vie.

J’ai voulu informer l’opinion publique sur ces calomnies mettant inutilement notre vie en danger. Je suis un homme de paix.»

Le gouverneur de la Province Orientale, Médard Atsaï, a qualifié toutes ces accusations de sans fondement et difficiles d’être prouvées par le sénateur.

Il a déclaré:

«Je n’ai jamais demandé aux services de l’ANR (NDLR: Agence nationale des renseignements) ni à ceux de la DGM (NDLR: Direction générale des migrations) de l’Ituri de rédiger de faux rapports contre mon frère Tibasima.»

Le sénateur John Tibasima a organisé son adresse à la presse devant une assistance d’environ 50 personnes, dont les éleveurs, les enseignants et quelques étudiants.
Gouverneur Autsai

Les déclarations de "Tibasima" ont été balayées par Autsaï Asenga. «Le gouverneur de la Province Orientale les a qualifiées de sans fondements et difficiles à prouver. Le numéro un de la Province Orientale ne se rappelle pas avoir ordonné aux services spéciaux de dresser des faux rapports à l’encontre de John Tibasima. Et pourtant, les deux sont les habitués des allées des services secrets congolais. L'entourage d’Autsai Asenga ne s'empêche pas de vanter à son tour l’apport de ce dernier dans l'élection de John Tibasima comme sénateur». Il s’ensuit une certaine cacophonie au niveau des cercles politiques de l’Ituri, très préoccupés par la signature des contrats miniers dans ce district et, surtout, les accords conclus dernièrement par le gouvernement central avec des groupes privés autour du pétrole du Lac Albert. Ce dossier serait le déclencheur des crises entre les personnalités politiques de l’Ituri: «Voilà que le pétrole vient d’entrer dans la danse : un produit stratégique et souvent source des malheurs pour les populations africaines. A chaque fois qu’un gisement a été découvert, la guerre s’en est suivie. Le dossier du pétrole en Ituri peut dégénérer à tout moment pour deux raisons essentielles : l’opacité dans l’octroi des permis d’exploitation du côté congolais, en plus du fait que le gisement est à cheval entre l’Ouganda et la RDC et exploité par compagnies différentes. L’on se rappellera que la RDC a signé des contrats, depuis Kabila père, avec plusieurs firmes (Heritage Oil, Tullow Oil, Divine Inspiration, Caprikat et Foxwhelp) et des commissions ont été versées aux autorités congolaises sans que les activités ne puissent démarrer», faisaient observer des analystes.



Passé nébuleux

Des observateurs ne comprennent pas ce différend Autsaï-Tibasima. Car, les deux personnalités sont des anciens zélés du Mouvement Populaire de la Révolution, MPR-Parti-Etat. Et, de l’avis des Ituriens, Autsaï et Tibasima étaient des fervents partisans du monopartisme. Avec les bouleversements politiques, ils concourent actuellement pour le leadership de la future province de l’Ituri. Voici la description qui est faite de lui de Bunia: «Il nous revient que les deux acteurs politiques sont engagés dans une lutte de positionnement comme leaders de l’Ituri. John Tibasima est un intellectuel confirmé, un homme plein de tact, un fin diplomate. C’est l’un des rares Ituriens qui recouraient aux services de non originaires et de gens d’autres tribus de l’Ituri pour peu qu’ils ne fassent pas ombrage à sa personnalité. Son background est connu. Mais l’homme est taxé d’être peu porté à l’assistance des autres, à la promotion de la jeunesse, bref quelqu’un sur qui on ne peut jamais compter. Les Ituriens lui reprochent son indifférence pendant les événements malheureux de conflits inter ethniques. Pire, l’affaire des maisons sociales inachevées à Bunia l’a enfoncé davantage. Les Ituriens ne s’imaginent pas qu’un des leurs se soit permis de priver son terroir d’un aussi grand projet. L’on s’interroge sur la destination de la radio qu’il avait promise au peuple».

Face à John Tibasima, Autsaï Asenga se présente aujourd’hui comme un leader non seulement du district de l’Ituri, mais surtout de la Province Orientale. C’est, en fait, lui, qui se répand en libéralités pour gaver les membres de la majorité au pouvoir. Il semble qu’il met ses talents d’ancien propagandiste du MPR-Parti Etat pour s’imposer dans son entité. Voici le portrait que l’on dresse de lui à Bunia: «Autsaï Asenga est un autodidacte qui a su capitaliser certaines opportunités pour se positionner politiquement. Grand mobilisateur et propagandiste, il sait s’attirer les faveurs des chefs et de leur entourage. Son passage à la tête de la Province Orientale lui a permis de pistonner quelques fils de l’Ituri, toutes tendances politiques et tribales confondues. Ce qui lui a attiré une sympathie certaine de la population de l’Ituri. On lui reproche cependant de s’être copieusement enrichi pendant le peu de temps qu’il vient de mettre à la tête de la province. Ce qui est une coutume chez toutes les autorités congolaises. Cette guéguerre n’est pas fortuite en ce moment précis. Ces deux responsables sont membres de l’AMP qui se prépare pour les prochaines élections générales de 2011. L’on sait que l’autorité morale de l’AMP est en train de sélectionner des têtes d’affiche qui feront campagne au moment opportun, une affaire à gros sous en vue. Au regard de ceci, il faudra s’attendre à une guerre de tranchée entre les deux protagonistes de l’Ituri. Il n’est pas exclu que chacun d’entre eux utilise sa fortune pour s’attirer la sympathie des membres dans l’entourage du Chef afin d’être pointé comme meneur de campagne en Ituri». Il est évident que les richesses de l’Ituri opposent les deux protagonistes, dont les actions n’ont pas un impact considérable sur les populations locales. Là où les deux visent leurs intérêts particuliers/privés, les Ituriens s’attendent à une autre guerre; celle de l’amélioration de leurs conditions d’existence, au travers de l’exploitation de leurs ressources naturelles.

D. Baïta
Le Climat Tempéré




Okapi/Bunia: le sénateur John Tibasima se dit en danger

Le sénateur John Tibasima a déclaré au cours d’un point de presse, vendredi 30 juillet à Bunia en Province Orientale, que sa vie est en danger. Il accuse les autorités provinciales, qui rejettent ses accusations.

John Tibasima a accusé certains animateurs du gouvernement de la Province Orientale d’entretenir de fausses accusations et de calomnies en son égard au niveau du sommet de l’Etat.

Il a ajouté que sa vie est en danger suite à ces calomnies:

«On dit que c’est moi, Tibasima, qui organise les groupes résiduels en Ituri. Un officier qui a quitté Kinshasa serait passé par Kisangani, on dit que c’est Tibasima qui l’a amené de Kinshasa. Mais, c’est très grave ! Et ces autorités qui nous accusent faussement, mettent en danger notre vie.

J’ai voulu informer l’opinion publique sur ces calomnies mettant inutilement notre vie en danger. Je suis un homme de paix.»

Le gouverneur de la Province Orientale, Médard Atsaï, a qualifié toutes ces accusations de sans fondement et difficiles d’être prouvées par le sénateur.

Il a déclaré:

«Je n’ai jamais demandé aux services de l’ANR (NDLR: Agence nationale des renseignements) ni à ceux de la DGM (NDLR: Direction générale des migrations) de l’Ituri de rédiger de faux rapports contre mon frère Tibasima.»

Le sénateur John Tibasima a organisé son adresse à la presse devant une assistance d’environ 50 personnes, dont les éleveurs, les enseignants et quelques étudiants.

Aucun commentaire: