Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 30 mars 2010

Cinquantenaire des indépendances : Fête ou deuil (1)







2010, année charnière. Elle marque le Cinquantenaire des indépendances pour de nombreux pays africains. Citons le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Gabon, la Côte d’Ivoire, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, la République Centrafricaine, la RD du Congo, la République du Congo, le Sénégal, la Somalie, le Tchad et le Togo. En tout 17 pays sur 53.
De partout monte la fièvre festive au niveau des cercles du pouvoir. En effet, les autorités s’affairent à mobiliser les opinions publiques nationales autour des manifestations de réjouissance projetées à la date anniversaire. C’est sûr qu’elles vont engager de grosses dépenses dites de souveraineté – sur un fonds non disponible aujourd’hui – afin de faire bombance et se bourrer la gueule.
Mais, car il y a un « mais », qui vont boire ? Qui vont manger ? La tradition, vieille de 50 ans, veut que ne soient invités aux banquets officiels que les mêmes dinosaures et les mêmes bébés dinosaures qui, d’habitude, prennent part aux orgies organisées par le Trésor public.
Cette fois, il n’y aura donc pas d’exception. Les palais ainsi que les hôtels 5 étoiles qui seront choisis pour l’accueil des invités ne seront en tout cas pas accessibles au petit peuple. Depuis 50 ans, l’égocentrisme des chefs n’a pas pris une seule ride.
Et pourtant, le premier Cinquantenaire des indépendances africaines – dramatiquement bâclé - aurait pu constituer un moment fort au cours duquel les dirigeants politiques auraient dû publiquement, pour une fois, se remettre en cause. Un moment où ils auraient pu engager un débat national, lequel examinerait, sans complaisance, les causes de nos échecs. Avant de recommander des recettes à appliquer pour nous sortir du gouffre actuel.
Deux questions à analyser : pourquoi le-pain-de-tout-le-monde n’a jamais été servi qu’à une poignée d’aventuriers et à leurs courtisans? Comment faire pour que, après le retentissant fiasco des indépendances, les ressources nationales profitent, dans les prochains 50 ans, à tous les fils et filles du pays ?
Au demeurant, avant de continuer le débat, que nous avons inauguré ce jour, il n’est pas inutile de revenir à la question fondamentale. A savoir : est-il rationnel de fêter les échecs répétés, la paupérisation des populations, le développement du sous-développement multisectoriel des pays africains ?
Apostrophiles, à vos plumes !






Ben-Clet, Le Potentiel

Aucun commentaire: