Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 27 novembre 2009

Le Potentiel: Lutte contre la corruption : encore un forum pour distraire
















L’opinion s’interroge sur l’opportunité d’organiser un forum national sur la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo citée parmi les pays les plus corrompus de l’Afrique.Le conseil des ministres qui s’est tenu le vendredi 20 novembre 2009 a, à travers le ministre de la Fonction publique, annoncé la tenue prochaine du forum na²tional sur la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo. Il sera question, au cours de ces assises, d’identifier les grandes lignes et fixer un cadre légal et institutionnel de lutte contre ce fléau en RDC dans le but de moraliser la gestion publique.






L’option gouvernementale en soi n’est pas mauvaise, mais, au regard des actes ignobles qui se commettent à tous les niveaux, l’impact des résolutions qui seront prises risque de ne pas être perceptible. En effet, dans un rapport rendu public dernièrement par Transparency International, une structure de lutte contre la corruption, la République démocratique du Congo est citée parmi les pays les plus corrompus du continent, où elle occupe la 38ème place sur les 47 Etats africains. Ce document interpelle les autorités au moment où le gouvernement fait de « Tolérance zéro » son cheval de bataille d’une campagne de sensibilisation de lutte contre la corruption.



CHANGEMENT DE MENTALITE AVANT TOUT


Si la République démocratique du Congo veut réussir son pari de lutter contre la corruption, elle doit éviter d’offrir au public des scénarios du genre « Tolérance zéro ». Faute d’application stricte, rigoureuse et équitable de cette disposition, les gens sont d’ailleurs sceptiques. Le gouvernement doit plutôt faire du changement des mentalités à tous les niveaux son cheval de bataille. C’est-à-dire, les personnes appelées à gérer la chose publique doivent prendre conscience du rôle qu’elles ont à jouer dans la conduite des affaires du pays. La population, elle, doit respecter les lois du pays et s’acquitter de ses obligations vis-à-vis de l’Etat. Les forces de l’ordre doivent jouer pleinement leur rôle de sécurisation des biens et des personnes. Ce qui n’est malheureusement pas le cas au jour d’aujourd’hui où l’inversion des valeurs bat son plein. Car, il inadmissible que la République démocratique du Congo, disposant d’un potentiel qui lui permet de générer d’importants revenus et, de ce fait, d’améliorer le développement social de la population, ne puisse pas instaurer des programmes de réduction durable de la pauvreté. Cela s’appelle tout simplement la mauvaise fois des dirigeants. Les niveaux élevés de corruption engendrent systématiquement la stagnation économique, les inégalités. La conséquence qui résulte de cette situation est l’arrêt de plusieurs activités productrices entraînant, ipso facto, l’augmentation du taux de chômage.


Incapables d’assumer pleinement leurs responsabilités, les parents deviennent des aigris et excellent dans l’immoralité. Trêve de commentaires sur la manière dont se comportent les agents de l’ordre. Beaucoup d’entre ces derniers foulent aux pieds les instructions leur données par leurs chefs hiérarchiques.


Comme on peut le constater, ce tableau sombre nécessite absolument des campagnes de sensibilisation sur le changement des mentalités.


CHEMINBALISE, MAIS…


Dans le cadre de la lutte contre la corruption, les participants au dialogue intercongolais avaient pris des dispositions devant baliser le chemin avant l’entrée de la RDC dans la Troisième République. C’est ainsi que, parmi les institutions d’appui à la démocrate, figurait une commission d’éthique et de lutte contre la corruption. Durant trois ans de transition, cette structure avait arrêté des stratégies restées lettres mortes. Pourquoi ne pas s’en inspirer en apportant certaines modifications au lieu d’occasionner d’autres sorties de fonds ? Comble de ridicule, certains membres de cette institution d’appui à la démocratie avaient été accusés de tous les maux, menacés d’arrestation, voire même de mort par les « intouchables ». De cette manière, on pouvait en aucun cas prétendre lutter contre la corruption. Ce qui fait dire à bon nombre d’observateurs que le forum sur la lutte contre cette pratique honteuse n’est qu’une distraction ou, plus précisément une perte de temps. (Potenteil)

Aucun commentaire: