Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

lundi 20 juillet 2009

Avec moins de 60 % à l’examen d’Etat, l’admission à l’université conditionnée désormais par un concours

Désormais, l’admission à l’université ou dans un institut d’enseignement supérieur est conditionnée par un concours. Ainsi en a décidé le gouvernement central. L’organisation du concours devra tenir compte de la capacité des infrastructures d’accueil et l’on ne devra retenir que ceux qui se seront placés en ordre utile.
L’admission à l’université ou dans un institut d’enseignement supérieur public et privé et agréé pour les candidats ayant obtenu moins de 60 % (soit de 50 à 59%) aux épreuves de la session de l’examen d’Etat, est conditionnée désormais par la réussite à un concours. Cela à partir de l’année académique 2009-2010. Ainsi en a décidé le gouvernement central. Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Léonard Mashako Mamba, l’a fait savoir, le vendredi 17 juillet 2009, aux recteurs, directeurs généraux et secrétaires généraux académiques des institutions sous sa tutelle. Cadre : l’amphithéâtre de l’Institut supérieur pédagogique (ISP) de la Gombe, à Kinshasa.
Le ministre de l’ESU, qui a tracé les lignes maîtresses de l’action à mener pour la nouvelle année académique, a fait valoir que cela permettra de sélectionner les meilleurs étudiants et d’éviter la surpopulation dans des auditoires. Situation inconfortable aussi bien pour les étudiants que les professeurs. En outre, cette sélection mettra aussi fin à la double vacation à laquelle recourent les établissements d’enseignement supérieur et universitaire. Vacation qui sera désormais soumise à l’autorisation du ministre de l’ESU. Il a fait remarquer que l’organisation du concours d’admission devra tenir compte de la capacité des infrastructures d’accueil. Et on ne devra retenir que ceux qui se seront placés en ordre utile.
Par ailleurs, il a annoncé le calendrier 2009-2010. L’ouverture solennelle, a-t-il indiqué, aura lieu le samedi 17 octobre 2009 et les cours débuteront le lundi 19 octobre 2009 sur l’ensemble du territoire national. Les délibérations, a-t-il noté, devront intervenir au plus tard le mercredi 14 octobre 2009. Ce qui permettra de procéder le samedi 17 octobre 2009 à l’ouverture de l’année académique 2009-2010. Aussi espère-t-il que toutes les dispositions seront prises pour que l’année académique 2009-2010 respecte le calendrier qui va être disponibilisé. Calendrier auquel sera joint celui d’envoi de différents rapports aux instances supérieures. Car il y a eu des failles de ce côté-là.
Le ministre Mashako Mamba a également insisté sur les délibérations qui ont des critères et sont réglementées. Elles ne doivent donc pas être inventées. Et de rappeler que la clôture de l’année académique et la cérémonie de collation des grades académiques aux finalistes se font une seule fois, à l’issue de la première session. Pour ce faire, il a conseillé aux finalistes un comportement exemplaire. Les scènes dégradantes et déplorables auxquelles ils ont habitué la population ne doivent plus avoir droit de cité.
A noter qu’il a fustigé la gestion à distance de certaines autorités académiques. « On ne gère pas par téléphone », a-t-il martelé, avant d’inviter de tels gestionnaire à faire un choix entre leur poste et la nature.
Mashako Mamba a aussi mis un accent particulier sur l’hygiène et la salubrité dans les milieux universitaires. «Nous avons l’obligation d’une bonne gestion de l’environnement dans les milieux universitaires », a-t-il insisté. Avant de signaler l’évaluation des responsables d’institutions supérieures et universitaires, non seulement par leur bonne gestion académique mais aussi par leur capacité de rendre l’environnement sain et vivable. Il a donné les exemples de l’ISP/Gombe et de l’institut du bâtiment et des travaux publics (IBTP) qu’il a fait visiter les autorités académiques qui l’ont accompagné.


Fl. NL-NSKinshasa, 20/07/2009 (LP/MCN, via mediacongo.net)

Aucun commentaire: