Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 15 juillet 2008

Conflits frontaliers avec l'Uganda, Mahagi : champs dévastés à Lenga par des policiers ougandais

Mahagi : champs dévastés à Lenga par des policiers ougandais
Ituri | 15 Juillet 2008 à 12:40:55

Des policiers ougandais ont dévasté lundi dans la matinée, 2 ha de canne à sucre des habitants de la localité de Lenga, à 18 kilomètres à l’est de Mahagi centre. Une information donnée par l’autorité territoriale locale congolaise, rapporte radiookapi.net

Ils étaient une dizaine de policiers ougandais. D’après la source, ils ont traversé la frontière congolaise, en provenance des villages ougandais de Urushu et Bashing, dans le district de Nenebi. Ils ont ainsi détruit les champs qui se trouvaient dans le bas fond de la rivière Urushi, située à la frontière commune. L’autorité territoriale de Mahagi indique que les policiers ougandais revendiquent cette partie comme appartenant à l’Ouganda, mais se dit incapable de faire quoi ce soit, étant donné que la délimitation de la localité de Lenga est sous examen au niveau de la commission mixte de reconstitution des frontières entre la RDC et l’Ouganda. Une équipe de policiers congolais a néanmoins été déployée dans cette partie pour sécuriser la population congolaise locale. Celle-ci est désemparée et ne sait pas se livrer normalement à ses activités champêtres.


Par Editeur Web/okapi

Aucun commentaire: