Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 3 juin 2008

Bunia : une trentaine d’officiers des FARDC sensibilisés sur les violences sexuelles

Bunia : une trentaine d’officiers des FARDC sensibilisés sur les violences sexuelles

Ces officiers sont venus de différentes brigades et bataillons de la zone opérationnelle de l’Ituri. Ils ont achevé, samedi 31 mai dernier, une formation sur le « rôle de la justice et de l’armée dans la lutte contre » l’impunité. Cette formation a été organisée par la Restauration de la Justice à l’Est du Congo, Rejusco, un projet de l’Union européenne d’appui aux institutions judiciaires congolaises, indique radiookapi.net

Pendant 4 jours, les participants ont été sensibilisés, notamment sur le rôle constitutionnel de l’armée pendant et après les périodes de guerre, la responsabilité des commandants des unités dans la lutte contre les violences sexuelles. La protection des victimes et la peine prévue par la loi aux commandants des troupes ou chefs de guerre dont les éléments seraient accusés des crimes relatifs aux violences sexuelles figuraient aussi dans ce programme. Maître Jean Paul Bruno, coordonnateur de la Rejusco en Ituri a justifié pourquoi son organisation a ciblé les officiers de l’armée pour cette formation : « la loi de violence sexuelle n’est pas à la portée des hommes en uniformes, d’après les informations recueillies auprès des victimes, le plus grand nombre des victimes ont été violées par des hommes en uniformes. Sur 100 cas de viol, il n’y a qu’un seul qui est porté à la connaissance de la justice. Et lorsque des mandats de justice sont lancés contre les hommes en uniformes, ils sont déplacés d’un lieu à un autre par leurs commandants d’unités ».

Les participants sont chargés de restituer les acquis de la formation aux soldats de leurs unités respectives.

OKAPI

Aucun commentaire: