Bienvenu-Karibu-Welcome

Chers lecteurs, merci de consulter notre blog. La Republique Democratique du Congo vient sortir d'une guerre de plus de 10 ans qui a fauché la vie à plus de cinq million des personnes; L'Ituri est l'un de ces coins du Congo qui a été le plus devasté par cette guerre; elle a perdu près d'un million des ses fils et filles et son image en est sortie terriblement ternie...Ce blog pose et tente de répondre à quelques questions sur cette tragedie: quelles sont les causes reelles des ces tueries, qui en sont les auteurs, que doit-ont faire pour eviter la répétition de cette tragedie? Nous vous proposons ici des articles des journaux,études fouillées et réflexions des éminents scientifiques sur le drame Iturien.

Visiteurs

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 14 juin 2011

Sept ans après sa fermeture, la BCDC rouvre ses portes à Bunia


Le patron de la Banque commerciale du Congo (BCDC) a annoncé, mercredi 8 juin, aux hommes d’affaires de Bunia, la reprise des activités de cette banque dans cette cité de la Province Orientale. Cette reprise intervient après sept ans de fermeture. Sur place, la BCDC devrait également jouer le rôle de mandataire de la Banque centrale du Congo (BCC).A l’issue d’un entretien qu’il a eu, mercredi à Bunia, avec les opérateurs économiques de l’Ituri tous secteurs confondus, le patron de la BCDC, Yves Kaïpess, a déclaré être rentré en Ituri pour accompagner le district post conflit dans son effort de développement.

Ce banquier s’appuie sur le retour des opérateurs miniers dans cette région aurifère, qui, selon lui, vont apporter de gros capitaux pour l’achat, l’exploitation et l’exportation de leurs productions.

Les opérateurs économiques de l’Ituri lui exigent des facilités pour acquérir des prêts remboursables à long terme, cinq ans par exemple, au lieu d’une année, imposée par ses prédécesseurs.

La BCDC rouvre ses portes en Ituri et fait la remise et reprise avec la succursale locale de la Banque centrale du Congo (BCC), dont il assumerait certaines missions, notamment celle d’encaisser les recettes des régies financières.

Elle a promis de prélever 1% mensuellement comme bénéfice sur tout crédit qu’elle octroierait aux personnes morales et environ 1,2%, aux personnes physiques.

La BCDC avait fermé ses portes à Bunia, depuis mars 2004, suite à l’insécurité dans cette région.

Okapi

Aucun commentaire: